A cause de Jésus et de l’Evangile

Accueil > Actualités et contacts > France > Occitanie, Pyrénées, Méditerranée > Echo des béatifications d’Oran

Echo des béatifications d’Oran

En Fraternité Charles de Foucauld, nous sommes allés voici deux ans vivre une retraite sur l’amitié, à Viviers, prêchée par Jean-Paul VESCO, Evêque d’Oran. Comme il nous avait invités à venir visiter l’Église d’Algérie, nous avons programmé un voyage, d’autant que plusieurs membres de la Frat sont nés en Algérie. Le voyage a été annulé, suite au refus des visas.
Quelle joie de pouvoir finalement aller à Oran, pour les 19 béatifications des martyrs de l’amour. Temps exceptionnel d’Église, puisque nous étions près de 500 dans deux hôtels, à pouvoir rencontrer et partager avec les membres des familles des Béatifiés ainsi que les responsables des Congrégations religieuses. Nous étions l’unique Frat diocésaine à avoir la chance d’être là… Temps de fraternité entre chrétiens et musulmans, avec en particulier ce temps de recueillement à la grande mosquée, en souvenir des 103 imams assassinés car ils refusaient la violence, ainsi que des 200 000 victimes de ces années noires. Les journaux titraient le lendemain des béatifications : « Un signe de fraternité à destination du monde entier. »
Comme le disait Jean-Paul le lendemain, à l’image du rassemblement inter-religieux d’Assise, « il y aura un avant et un après Oran ! » La visite du pape François aux Émirats Arabes et le texte qu’il a signé avec l’imam de la mosquée d’El Azhar va dans le même sens : « Il y aura un avenir ensemble, ou il n’y aura pas de futur. » Nous avons fait l’expérience, durant ces trois journées à Oran, que cet avenir est déjà possible au présent. C’était le message de ces 19 religieux, hommes et femmes, dont la vie était déjà donnée, fidèles jusqu’au bout au Christ et à l’amour de l’Algérie et des Algériens.
A notre retour, l’attentat de Strasbourg endeuillait la France. Nous nous sommes alors retrouvés, chrétiens et musulmans, pour un temps de recueillement devant l’olivier planté entre une église de Carcassonne et une salle de prière musulmane. Evoquant bien sûr ces journées de fraternité, nous avons décidé d’organiser une rencontre inter-religieuse. Le chemin sera long, la marche entreprise continue…

Père Jean de SOOS