A cause de Jésus et de l’Evangile

Accueil > Sources > Charles de Foucauld > SAINTE FAMILLE - Considérations sur les fêtes de l’année

SAINTE FAMILLE - Considérations sur les fêtes de l’année

LC 2, 41-52

Charles de Foucauld a écrit ce commentaire le jour de la fête de la Sainte Famille.

Tous les jours sont des jours de délices, toutes les nuits sont bienheureuses au pied de votre crèche, ô très doux Enfant Jésus : je m’y trouve à vos pieds ce soir avec la reconnaissance et l’effusion de mon cœur, dans la jubilation… Il me semble que ce soir la joie est plus douce encore que de coutume : vous avez pour vos saints parents et pour ceux qui les aiment une bénédiction encore plus tendre que les autres nuits ; c’est l’anniversaire de leurs fiançailles : un doux souvenir : le souvenir d’un acte accompli pour vous plaire : d’un acte qui, en les unissant, les a, comme tous les actes de leur vie, plus étroitement unis à vous… Ils s’aiment en vous et pour vous, comme je les aime aussi en vous et pour vous, le souvenir d’une union si douce, dont vous faites le principe et la fin, leur est doux et vous les bénissez ce soir, vous bénissez leur union, lui souriez et la confirmez pour l’éternité… Jésus, Marie, Joseph, vous faites sentir à vos saints parents que ces trois noms sont désormais inséparables et qu’ils seront éternellement unis ensemble sur la terre et dans les cieux… Oh ! donnez-moi Seigneur, cet amour pour vos saints parents, qui sont par votre grâce les miens, tel que je dois l’avoir, aussi chaud que vous le voulez en moi… Pour eux comme pour vous échauffez mon cœur « changez mon cœur de pierre en un cœur de chair »… O mon Seigneur Jésus, qui m’avez donné pour vocation de vivre de votre vie, à votre foyer, comme votre petit frère, faites-moi la grâce de vous aimer comme je le dois, et avec vous vos saints parents qui sont et doivent éternellement être les miens… et que moi aussi, je sois éternellement et amoureusement lié à ces 3 noms bénis, Jésus, Marie, Joseph. Faites-moi passer, mon Seigneur Jésus, cette nuit et la journée de demain dans l’amour de Marie et de Joseph et dans votre contemplation et votre adoration, en vous, par vous, et pour vous.
Amen [1].


[1C. DE FOUCAULD, Considérations sur les fêtes de l’année, Nouvelle Cité, Paris 1987, 112-114.