A cause de Jésus et de l’Evangile

Accueil > Sources > Charles de Foucauld > 3ème dimanche de Pâques : Commentaires de Frère Charles sur l’évangile selon (...)

3ème dimanche de Pâques : Commentaires de Frère Charles sur l’évangile selon St Jean

Evangile selon Saint Jean 21,18-25

Charles de Foucauld n’a pas commenté le texte Lc 24,13-35, nous avons donc choisit de proposer une méditation de l’Evangile de Jean

« Suis-moi… Toi, suis-moi ! »

Que vous êtes bon, mon Dieu, que cette dernière parole du dernier Évangile est tendre, douce, salutaire, amoureuse ! « Suis-moi » c’est-à-dire : « Imite-moi » ! Quoi de plus tendre ? Quoi de plus doux à entendre pour celui qui aime ? Quoi de plus salutaire, puisque l’imitation est si intimement unie à l’amour que dire « imite-moi ! » c’est dire « aime-moi » ! Quoi de plus amoureux que de dire « imite-moi » pour m’aimer parfaitement !
Imitons, imitons Jésus !.. L’imitation est fille, sœur, mère de l’amour. Imitons Jésus parce que nous l’aimons ; imitons Jésus pour l’aimer davantage ! Imitons Jésus parce qu’il nous le commande et qu’obéir c’est aimer… Le premier mot de Jésus à ses apôtres est : « Venez et voyez », c’est-à-dire « Suivez et regardez », c’est-à-dire « Imitez et contemplez »… Le dernier est « Suis-moi » c’est-à-dire : « Imite-moi ». Imiter Jésus contient toute perfection, imiter Jésus contient l’amour divin lui-même (dans lequel consiste toute perfection), puisque Jésus aimait Dieu parfaitement… Obéir à Jésus contient aussi toute perfection et l’amour divin lui-même, puisque Jésus dit : « Soyez parfaits comme votre Père » et : « Le premier commandement est d’aimer Dieu. » Voilà donc trois vertus qui, chacune, contiennent toute perfection, et qui, chacune, renferment les deux autres : Amour de Dieu, Obéissance à Dieu, Imitation de Jésus. L’amour de Dieu est pourtant la première, car c’est une perfection divine. Donc sans fin aimons Jésus, obéissons-lui, imitons-le. Sans fin aimons, obéissons, imitonsAimons d’abord, c’est le premier, et, par amour, obéissons et imitons, ce qui nous fera mieux aimer. Mais puisqu’obéir et imiter renferment aimer et qu’aimer c’est tout, sans fin, sans fin aimons, obéissons, imitons. Faites-nous-en la grâce à nous tous, tous les humains. Faites-nous la grâce de vous aimer, vous obéir, vous imiter parfaitement, ô Bien-aimé Jésus ! Je vous le demande au nom de votre amour pour nous, ô Cœur sacré de Jésus ! Amen ! Amen ! Amen [1] !


[1M/524, sur Jn 21,18-25, en C. DE FOUCAULD, L’imitation du Bien-Aimé. Méditations sur les Saints Évangiles (2), Nouvelle Cité, Montrouge 1997, 288-289.